Julien Coupat et Yldune Lévy sont "Détenus Particulièrement Surveillés" !

On l'apprend au détour d'un articulet de Bakchich : Julien Coupat et Yldune Lévy, indûment déportés à la Santé et à Fleury-Mérogis, sont DPS. Détenus Particulièrement Surveillés.

Ce régime de détention spécial, réservé aux "cas" censés être les plus dangereux, les plus susceptibles d'évasion ou de rébellion, a été appliqué aux deux jeunes gens. Il faut dire que le classement DPS est automatique pour les affaires de "terrorisme"...

En utilisant donc la qualification de "terrorisme", rendue possible par une dilution irrationnelle et perverse du sens des mots et l'interprétation policière des actes présumés, l'appareil sadique-répressif a pu garder à vue les jeunes gens pendant 96 heures ; les déporter dans les camps de concentration de la Santé et de Fleury-Mérogis en dépit d'un dossier "sans preuve formelle", ainsi que l'avoue l'accusation ; les classer "DPS".
Le détenu inscrit au fichier D.P.S. se voit appliquer des mesures de sécurité particulières, mais variables selon les établissements. Les fouilles, les transferts et les contacts avec l’extérieur seront strictement surveillés. Ceci entraînant des contraintes pour le prisonnier et bien souvent pour sa famille. La famille déjà pénalisée par l’éloignement du lieu d’incarcération du détenu, conséquence de la centralisation des instructions à Paris, ne pourra effectuer ses visites au parloir que dans des conditions particulières. Les détenus particulièrement signalés- surveillés- n’ayant pas le droit de communiquer entre eux, ne peuvent donc se rencontrer au parloir ni sur le trajet pour y aller ce qui réduit d’autant les disponibilités d’attribution des heures de visites. (prison.eu.org)
A ce stade d'hypocrisie, de manipulation, où l'institution qui porte le nom de "justice" (sombre ironie) agit de concert avec la police, on tremble de rage...

La bêtise des procédures automatiques apparaît dans sa lénifiante horreur. Comme si Yldune et Julien, présumés innocents de faits pour lesquels aucune "preuve formelle" n'existe, étaient susceptibles de s'échapper... Comme s'ils étaient des "terroristes"...

L'appareil répressif, incarné ici par les barbouzards de l'anti-terrorisme, continue sa construction paranoïaque du terrorisme, comme le montre le rapport d'enquête du SDAT, dont voici les premiers mots :

"J’ai l’honneur de vous rendre compte des investigations diligentées en exécution des réquisitions citées en référence et ayant permis d’identifier et de démanteler une structure clandestine anarcho-autonome basée sur le territoire national et se livrant à des opérations de déstabilisation de l’Etat par des actions violentes menées au cours des manifestations se tenant en marge de chacun des grands événements politiques ainsi que par des actions de sabotage des infrastructures de transport."

Une "structure clandestine" tellement clandestine qu'elle tenait l'épicerie du village et louait ses locaux au Maire... "se livrant à des actions de sabotage" (tant la volaille régimaire chie sur la présomption d'innocence)...

Le classement DPS de Julien et Yldune participe de ce travail acharné à constituer des coupables pour rendre légitime l'horreur de la répression policière qui structure le régime actuel.

6 commentaires:

Carole a dit…

Bonjour,

Je tiens à laisser ce commentaire car j'ai remarqué une énorme ressemblance entre les mesures de détentions drastiques de Julien Coupat et Yldune Lévy et celle sans commune mesure de nombreux militants de la Fraction Armée Rouge (RAF) apparut en Allemagne dans les années 70-80, je cite:

"Les principaux militants ont connus les pires conditions de détentions: l'isolement et la surveillance perpétuelle de l'individu."
Petite description des conditions:
"Tout contact avec d'autres détenus leur est interdit, il ne peuvent participer à aucune des activités collectives de la prison. ils doivent faire leur promenade seuls, les mains attachés dans le dos, censure du courrier et des journaux.(...)

Certains prisonniers ont été placés dans des conditions encore plus dures:
Incarcérés dans des cellules isolées acoustiquement pour qu'aucun son ne pénètre, les murs et l'ameublement de la cellule sont peints en blanc.
Dans ce silence et cette monochronie, où les sens ne sont jamais sollicités, l'être humain est atteint dans sa totalité (sens de l'orientation, l'intelligence, faculté de concentration sont gravement atteints..."

Cette petite description des conditions des militants du RAF pour faire la comparaison 30 ans après et pour soulever quelques questions. Même les violeurs ne subissent pas ce genre de traitement. Alors pourquoi l'Etat a-t'il autant peur de ces personnes militants pour un autre système que celui du capitalisme?

Ils ont peur (les industriels main dans la main avec les gouvernants) que les "terroristes d'extreme gauche" dénoncent ce système (imposé depuis des décennies) et comportant pourtant tant de failles:
-L'exploitation des ressources naturelles, jusqu'a l'épuisement.
-L'exploitation de 5 milliards de personnes (subissant le système) pour le bonheur d'à peine 1 milliard de gens et à peine 350 personnes milliardaires dans le monde entier.
Et tant d'autres...

Autre chose qui me choque aujourd'hui: c'est que (source du Figaro d'hier), M. Morin et des spécialistes affirment que les bâtons de dynamite déposés au Printemps serait une manoeuvre de "l'extrème gauche".(car selon eux, la lettre contiendrait beaucoup de termes anti-capitaliste)
Ou comment le pouvoir veut il retourner la peur de la majorité de l'extrème droite à l'extrème gauche! ( Peut être car l'Etat a de plus en plus rejoint la politique de l'Extreme droite: quotas de la politique d'immigration, même lepen n'y avait pas pensé!)

Voila, ce long commentaire pour éveiller l'esprit critique face aux médias, face aux actions que réalisent l'Etat et qui nous laisse de moins en moins de liberté à ceux qui veulent dénoncer le système (Fichage des militants par exemple...)

Vive la Grèce!

Anonyme a dit…

Quels qu’ils soient, j’espere que les auteurs de ces attentats passeront un long moment à méditer à l’ombre:

Forcément, dans les trains, des dizaines de nourrissons, personnes handicapées ou agéés, certains qui rejoignaient leur famille: c’est ecoeurant.

Sans compter qu’il y avait volonté de détruire, risques de déraillement et d’électrocution. Au trou !

Marianne a dit…

Que voila un cerveau qu'il ne sera pas nécessaire d'intoxiquer, il l'est déjà. Cher(e) anonyme même les cheminots les plus réactionnaires ont déclaré que la dépose d'un fer à béton sur les caténaires ne pouvait en aucun cas faire dérailler un train . Je n'approuve pas cette initiative mais rien ne prouve que ce soit les deux personnes incarcérées qui en soient les auteurs . Dans tous les cas de figures ce ne devrait être qualifié que de dégradation et non pas de terrorisme sinon il me vient à penser que la SNCF supposée être laxiste dans l'entretien de son réseau arrive au même résultat de dysfonctionnement . Dois je conclure que cette entreprise est une entreprise terroriste ?
L'évocation des bébés , personnes âgées , personnes handicapées dans les trains qui ont été perturbés ne devrait que provoquer chez vous la question: mais que prévoit la SNCF en cas de perturbations ?
Ouf enfin au fin fond de la Corrèze , on a trouvé un groupe d'anarchoterrosites , responsables de tous nos maux . Vous n'êtes pas obligé d'y croire . Savez vous qu'en France , on a encore le droit de se faire sa propre opinion . Tout mon soutien à leurs familles et à ces jeunes .

Michel a dit…

Le montage de cette affaire de pseudo-terroristes, n'a que pour objectif de faire peur aux jeunes qui manifestent, trouver des boucs émissaires pour faire oublier que la crise actuelle est la faillite de la politique de Sarkozy: dérèglementation, privatisation des services publics (poste, hôpitaux,...) et du marché du travail, cadeaux fiscaux aux plus riches (ceux qui ont touchés des millions d'euros de stock option ou de prime).
L'intimidation de la presse par des actions similaires a d'ailleurs porté ses fruits, comme le montre le silence de la presse française sur l'implication d'Olivier Sarkozy, frère du président, dans le fonds d'investissement Carlyle Capital Corp (CCC), un fond emblématique du système financier actuel et qui vient d'annoncer qu'il est insolvable
http://www.reuters.com/article/privateEquity/idUSL0318917320080303

Dans les années 30, toutes les dictatures en Europe ont commencées ainsi.

Anonyme a dit…

Revue de presse
http://ctx-n-flrs.zikforum.com/ici-on-discute-de-tout-et-de-rien-f2/cellule-invisible-revue-de-presse-t5437.htm

Anonyme a dit…

J'ai trouvé mon bonheur sur le site des [url=http://www.bienclassee.fr]petites annonces gratuites[/url]