Prisons : un jour il faudra bien les ouvrir...

Alors que Jean-Marc Rouillan, figure d'Action Directe, écrivain, sort enfin de taule (à moitié, non sans avoir été persécuté par une Administration Pénitentiaire au faîte du sadisme crasse), les prisons françaises sont décrites par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) comme des lieux de "traîtement inhumain et dégradant".

A l'occasion de cette semi-libération, les journaux télévisés affichent en médaillon la photo sordide de Rouillan il y a plus de vingt ans, histoire d'entretenir les fantasmes sur ce terroriste rouge. Car il pourrait bien récidiver ! C'est du moins l'opinion du Parquet (qui a plusieurs fois fait appel de sa libération conditionnelle). Bouh la vilaine tête :

Il n'est pas commode, le Rouillan, et il pourrait bien reprendre ses activités subversives ! D'autant plus que la prison, c'est rarissime, n'a pas réussi à le détruire. Ses chroniques et ses livres montrent qu'il n'a aucune illusion sur l'état actuel du monde : dehors, c'est le capitalisme, c'est-à-dire, peu ou prou, la merde.

Le rapport sur les prisons françaises montre donc qu'il s'agit d'un lieu de torture, où les conditions de vie diffèrent finalement assez peu de celles d'un goulag.

"A l’unité d’hospitalisation sécurisée du centre hospitalier de Moulins-Yzeure (Allier), la délégation du CPT a constaté que «les détenus étaient systématiquement attachés à leur lit, sans interruption, le plus souvent avec des entraves aux chevilles et avec une main menottée au cadre du lit». Les demandes formulées par le personnel médical pour les enlever, «afin de permettre les soins dans des conditions médicalement acceptables, étaient systématiquement refusées par les surveillants et les policiers accompagnants»" (source)

On s'la fait à la Alain Badiou ?

Nous, à Sabotage, nous ne disons pas que les prisons françaises ressemblent à Auschwitz. Nous disons que ce dont les prisons françaises sont le nom participe de la grande névrose collective de la répression et de la vengeance qui a abouti à Auschwitz. Partout où les hommes sont isolés et enfermés, il y a la pulsion sadique-répressive - et de ce point de vue, toutes les geôles de l'histoire forment un gigantesque continuum. Ce dont elles sont le nom, c'est l'enfer.

9 commentaires:

rev a dit…

Toutes les prisons, dites vous ?

Oui, c'est vrai, un jour il faudra bien que s'ouvrent toutes les prisons.

Les prisons les plus redoutables
ne portent pas le nom de "prison".

Quand s'ouvriront-elles, elles aussi ?

Sabotage a dit…

"Les prisons les plus redoutables
ne portent pas le nom de "prison"."

Cela dit, celles qui portent fièrement leur nom sont déjà bien assez redoutables.

A quelles autres prisons songiez-vous ? Celles qui entravent le cerveau humain ?

Pas mieux a dit…

* Ouvrez les prisons, licenciez l'armée !
(tract surréaliste).

* prisons, asiles, "les camps de concentration de nos guerres civiles informulées"
(Jean Dubuffet).

vlg a dit…

Ouais ok mais... notre goulag ?
Les gens qui y sont enfermés sont des vautours capitalistes nuisibles au dernier degré pour la communauté et la planète, alors les libérer, ça fait peur...

Sabotage a dit…

Il y aura d'autres moyens de faire payer ceux qui marchent sur le monde comme sur une crotte à leur service.

Par exemple : prendre leur fric. Tout simplement.

Mais les abolitionnistes que nous sommes ne peuvent souhaiter la prison ni pour les criminels, ni pour les exploiteurs (Gautier-Sauvagnac, Chirac). On manquerait un tantinet de pertinence si on souscrivait aux revendications du genre "Chirac en prison !".

Ca me rappelle notre article sur les peines plancher ici et celui sur la loi pénitentiaire de Dati là ("Rachida Dati et la sarkoprison".

Jordi a dit…

Qu'on soit ou non abolitionniste, les choses sont aujourd'hui comme elles sont aujourd'hui. La prison ne sera pas abolie de sitôt... et Chirac a par conséquent largement le temps d'y croupir avant que la question ne se pose. De même que Sarkozy. Et bien d'autres (pour des raisons diverses mais toutes largement suffisantes).

mke a dit…

ptain faut vraiment que je lise Badiou, moi. Tout le monde (m')en parle on dirait

Sabotage a dit…

On te le prête si tu veux ! :D

Jenny Suarez-Ames a dit…

Hé, ce post sur AD me réconcilierais presque avec vous.
Attention, j'ai dit presque...
Mais quand même, les vieux stals vont revenir faire un tour.